banniere_flash

LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE

Le secteur agroalimentaire en France

Sommaire
Une industrie puissante
Une grande diversité d’acteurs et de filières
Une activité portée par un peu plus de 3 000 unités de 20 salariés et plus

Une industrie puissante

Les industries agricoles et alimentaires dont la fonction essentielle est la transformation des produits de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche en aliments et boissons pour l’homme ou l’animal, réalisent un peu plus de 12 % de la valeur ajoutée de l’industrie française.

Dans leur définition la plus large (incluant l’industrie du tabac et les activités artisanales et commerciales de charcuterie et de boulangerie/pâtisserie) elles emploient près de 560 000 personnes (salariées et non salariées) et réalisent 29 milliards EUR de valeur ajoutée. Ces résultats globaux situent l’industrie agroalimentaire française dans le trio de tête européen entre l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Ainsi considérée, la branche agroalimentaire devance en France des activités industrielles de premier plan comme la métallurgie et la transformation des métaux, la construction automobile, l’aéronautique ou la chimie/caoutchouc/plastiques. Elle contribue directement pour un peu moins de 2 % à la formation du produit intérieur brut français et exerce une action positive avec 7 % du total sur les exportations de la France et sur son déficit commercial. Les échanges agroalimentaires ont récemment dégagé un excédent annuel de 7 milliards EUR en 2007.

Une grande diversité d’acteurs et de filières

Dans une définition à la fois plus restrictive mais plus opérationnelle (excluant l’industrie du tabac et les charcuteries et boulangeries/pâtisseries artisanales), les industries agroalimentaires reposent sur un peu plus de 12 000 entreprises. Parmi elles, les 10 500 unités (ayant une activité suffisante pour pouvoir être suivie annuellement), emploient 415 000 salariés, dégagent un chiffre d’affaires d’un peu plus de 130 milliards EUR et une valeur ajoutée de l’ordre de 26 milliards EUR.

C’est la place de la transformation des produits de l’élevage qui distingue surtout l’industrie agroalimentaire française de ses voisines européennes. Avec 36 % du total des entreprises, l’activité première et deuxième transformation de la viande et du lait rassemblent 46 % de l’emploi agroalimentaire total et le tiers environ de la valeur ajoutée et des exportations directes. L’industrie des boissons et les nombreuses activités rassemblées en « Autres industries alimentaires » (boulangeries/pâtisseries industrielles, biscuiteries/biscotteries, sucreries, chocolateries/confiseries, etc.), constituent les autres pôles majeurs.

Elles regroupent 42 % des entreprises, 35 % des salariés et du chiffre d’affaires et réalisent près de la moitié de la valeur ajoutée totale. Les autres filières (industrie du poisson, des fruits et légumes, des corps gras, travail des grains et fabrication de produits amylacés, fabrication d’aliments pour animaux) ont comparativement une importance moindre. Malgré tout, elles s’inscrivent dans des logiques économiques très spécifiques qui demandent de les considérer de façon bien séparée.

Une activité portée par un peu plus de 3 000 unités de 20 salariés et plus

En dépit de la multitude des acteurs, un peu plus de 90 % du chiffre d’affaires et 95 % de la valeur ajoutée de l’industrie agroalimentaire sont actuellement réalisés par 3 000 entreprises de 20 salariés au moins ou réalisant plus de 5 millions EUR de chiffre d’affaires.

Ces plus grosses entreprises interrogées dans le cadre de l’enquête annuelle d’entreprise (EAE) ont, pour un tiers d’entre elles comme principale activité, la transformation de la viande (principalement de préparation industrielle de produits charcutiers et d’abattage et de découpe d’animaux de boucherie). Un quart relève d’une activité de boulangerie/pâtisserie industrielle, biscuiterie/biscotterie, sucrerie, chocolaterie/confiserie, etc., et est classé en « Autres industries alimentaires ».

Les organismes de statut coopératif (11% des unités travaillant dans l’industrie agroalimentaire) sont surtout très présents dans la vinification et, à un moindre degré, dans l’alimentation animale, la transformation de fruits et légumes et l’industrie laitière. Les coopératives sont à l’origine d’environ 7 % de l’emploi et 9 % du chiffre d’affaires des unités considérées.

Source : Agreste - EAE 2006
Fiche rédigée par le Service de la Statistique et de la Prospective du ministère de l’Agriculture et de la Pêche

 

Pour en savoir plus
>> Panorama National IA 2012 (64 pages, 3 Mo, format PDF) - Ministère de l'Agriculture et de la Pêche
>> Enquête annuelle d’entreprise IAA – résultats provisoires 2007 - Source Agreste juillet 2008
>> Ministère de l'Agriculture et de la Pêche 

Haut de page