banniere_flash

LES ACTIONS

Programme AGIR pour l'Agroalimentaire en Languedoc-Roussillon

Les outils supports du développement durable

La Charte régionale de progrès

 

La charte régionale de progrès du développement durable donne aux entreprises un cadre pour la mise en place et le suivi de leur démarche.

Sommaire
Les 8 points de la charte de progrès
Indicateurs de mesure
Signer la charte
Les entreprises signataires

Les 8 points de la charte de progrès

  Economie et stratégie :

1 - Assurer la pérennité économique de l'entreprise en veillant à la cohérence avec les engagements en   matière environnementale, sociale et sociétale

2 - Engager une démarche permanente d'innovation

Responsabilité sociétale et sociale : 

3 - Favoriser les bénéfices Nutrition/Santé et garantir la sécurité des produits

4 - Renforcer les liens entre l'entreprise et son territoire

5 - Maintenir et développer des emplois pérennes et valorisants pour les employés

 Gestion durable des ressources et impact environnemental :

 6 - Réduire les consommations directes et indirectes de ressources naturelles non renouvelables

7 - Contribuer activement au maintien et au renforcement d'espèces animales et végétales (Biodiversité)

8 - Minimiser les déchets et les rejets de polluants dans le milieu naturel

 

  • La charte de progrès développement durable est construite autour des trois piliers du développement durable. Elle a été validée par des entreprises agroalimentaires régionales et intègre des spécificités liées à l’agroalimentaire (nutrition).
  •  Pour la mise en place des points de la charte, un guide méthodologique Charte de progrès Développement Durable et des documents de travail ont été réalisés en collaboration avec les Entreprises Agroalimentaires régionales.

 

Téléchargez au format pdf :
. La Charte de progrès Développement Durable
. Le guide méthodologique Charte de progrès Développement Durable 2010
Annexe : modèle de rapport annuel Développement Durable
Annexe : modèle de tableau de bord des indicateurs de résultats

 

Indicateurs de mesure

 

Il est proposé aux entreprises signataires de la charte, des indicateurs pour chacun des engagements qu’elles ont choisis, ceci afin de mesurer leur performance et de les inscrire dans un processus d’amélioration continue.

Un point est fait avec elles en fin d’année afin de mesurer la progression de leurs efforts et travailler par la suite sur d’autres engagements. 70 indicateurs sont proposés à titre d’exemple.

 

Signer la charte

 

Pour être signataire de la charte, il faut télécharger le document , le signer et le retourner à LRIA par fax (04 67 82 57 52) accompagné de trois actions concrètes (une action minimum parpoint de la charte) sur lesquelles l’entreprise s’engage en précisant les modalités de mise en place de ces actions.

 

Pour plus d'informations, contactez

Anne Gérard 
E-mail : anne.gerard@lria.fr

 

Les entreprises signataires de la charte de progrès

Fin 2010, 19 entreprises étaient signataires de la charte.

 

Les autres outils supports du Développement Durable

 

Sommaire :

Diagnostic 3D

Evaluation AFAQ 26000

Bilan carbone

Diagnostic énergie 

Diagnostic froid

 

 

Diagnostic 3D

 

Le Diagnostic 3D permet aux coopératives agricoles et aux industries agroalimentaires de :

  • Recenser leurs pratiques en matière de développement durable

  • Faire évaluer la pertinence de ces pratiques par des experts du développement durable

  • D'identifier, de planifier et de mettre en œuvre des voies de progrès en matière de développement durable.

L'outil de diagnostic 3D a été élaboré par des experts de la Responsabilité Sociétale (participant à la plateforme ISO 26000 de l'AFNOR) et de l'agroalimentaire. La méthode est déposée et protégée (par Coop de France Aquitaine et le Groupe AFNOR).

 Le diagnostic 3D prépare l'entreprise à :

  • Définir sa politique et sa stratégie de Développement Durable, de RS (Responsabilité Sociétale)

  • Mettre en place son plan d'actions développement durable

  • Mettre en place des indicateurs et un dispositif de management de la démarche développement durable de l'entreprise

  • Rédiger son Rapport de Développement Durable

  • Faire évaluer et reconnaître ses pratiques et performances par le modèle AFAQ 26000®

Pour plus d'informations, contactez Coop de France : Jean-Marc Hamon : jm.hamon@cooplr.com

 

Evaluation AFAQ 26000

Les entreprises et organisations sont amenées à contribuer au développement durable de manière toujours plus précise. Leur performance doit être équilibrée sur les trois piliers économique, social et environnemental. Cette contribution des organisations est décrite par l'ISO 26000, première norme internationale de lignes directrices sur la responsabilité sociétale, publiée le 1er novembre 2010.

 

Pour aider les organisations à évaluer la pertinence et le niveau de maturité de leurs pratiques selon l'ISO 26000, AFNOR Certification propose l'évaluation AFAQ 26000.

 

 

Pour plus d'informations, contactez AFNOR, délégation Languedoc Roussillon : Christine Sorli : christine.sorli@afnor.org

 

Bilan carbone

Il s’agit de permettre aux entreprises d’évaluer les émissions de gaz engendrées par leurs activités, de déterminer leur dépendance par rapport aux énergies fossiles et de mettre en place des pistes d’amélioration.

Pour plus d'information: http://www.associationbilancarbone.fr

Diagnostic énergie

L’objectif du diagnostic énergétique dans l’industrie est d’élaborer un bilan de situation énergétique globale de l’entreprise, de quantifier les potentiels d’économies d’énergie et de définir des actions pour réaliser ces économies. 

Le diagnostic porte sur les consommations d’énergie des équipements de production (le "process" ou les "procédés") et sur les utilités (éclairage, chauffage, climatisation, ventilation, transport).

Il peut être associé à un diagnostic énergétique des locaux et des bâtiments administratifs des entreprises.

Pour plus d'information: www.ademe.fr

Diagnostic froid

Dans les secteurs de l’industrie agroalimentaire et du commerce "de bouche", la production de froid représente un poste de dépense important pouvant aller jusqu’à 50 % de la facture d’électricité.

En outre, les équipements frigorifiques ont un double impact sur l’effet de serre : d’une part en raison de la consommation d’énergie qu’ils nécessitent, et d’autre part, parce qu’ils fonctionnent grâce à des fluides frigorigènes. Or, ces fluides (CFC, HCFC et HFC ) ont un pouvoir de réchauffement global 1 300 fois plus élevé que le CO2. Les fluides frigorigènes sont ainsi responsables en France de 5,8 % des émissions de gaz à effet de serre.

 

Pour réduire la consommation d’énergie, deux pistes doivent être explorées

  • dès le départ, les installations doivent être bien dimensionnées par le frigoriste qui doit en tirer le meilleur rendement ;
  • ensuite, l’utilisateur doit assurer la pérennité d’un fonctionnement efficace dans le temps.

Des économies d’énergie dans les installations frigorifiques sont souvent possibles. Le  diagnostic de l’installation permettra de mettre en évidence les gisements d’économies liés à la production et à l’utilisation du froid en milieu industriel et d’envisager ensuite les actions à mettre en œuvre en fonction de leur coût et de leur rentabilité.

Synthèse d'une action financée par l'ADEME, à partir de diagnostics réalisés auprès de 10 entreprises agroalimentaires du Languedoc-Roussillon :
télécharger le document "Froid et Agroalimentaire en Languedoc-Roussillon" (format .pdf)

 

Haut de page